Le divorce : papa ou maman nous sommes concernés
Bienvenue sur notre forum. Parlons en toute confiance, échangeons tout en restant courtois
Le divorce : papa ou maman nous sommes concernés


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ils ont détruit mon petit-fils

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
papadivorcé
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 1578
Age : 46
Localisation : Nord
Date d'inscription : 15/09/2007

MessageSujet: Ils ont détruit mon petit-fils   Dim 16 Déc - 23:09

Justice . Depuis quatre ans, une grand-mère pugnace dénonce les décisions désastreuses de la justice à l’égard de Sébastien.
Ni la mauvaise foi des juges ni sa prochaine comparution devant le tribunal correctionnel ne feront abdiquer Mireille Millet. À cinquante-neuf ans, cette habitante de Tiercelet (Meurthe-et-Moselle) continue de remuer ciel et terre pour obtenir la garde de son petit-fils Sébastien (l’Humanité du 13 mars 2007), âgé maintenant de dix-sept ans. Pour cette pugnace grand-mère, bien connue des médias locaux, la justice est coupable d’avoir enchaîné les décisions désastreuses à l’égard de l’adolescent. « Ils m’ont détruit Sébastien, assure-t-elle. Aujourd’hui, il est en situation de grand danger. »

L’histoire débute en 1994. Mireille Millet et son mari, Guy, hérite de la garde du petit Sébastien, malmené par le divorce de ses parents. Désignés « tiers digne de confiance », ils vont l’élever pendant huit ans. Bon élève, passionné d’animaux, l’enfant s’épanouit. Jusqu’en octobre 2002 : le père fait alors valoir ses droits pour le récupérer. La justice approuve, malgré le désaccord de Sébastien, âgé de douze ans. Il part à contrecoeur pour la région parisienne. Déracinement terrible : ses résultats scolaires s’effondrent, il fugue, tente de se suicider, souffre d’anorexie…

À l’été 2003, Sébastien revient à Tiercelet pour les vacances. L’enfant supplie sa grand-mère de ne pas le laisser repartir. « Il ne pesait plus que 28 kg ! se souvient Mireille Millet. Le laisser repartir, c’était le mettre en danger. » Fin août, elle refuse de le rendre au père. Elle le cache chez des amis et porte plainte contre son ex-gendre. En vain. Au mois de décembre, elle est interpellée et mise en examen pour « non-représentation d’enfant ».

Sébastien sera finalement retiré à son père. La juge des enfants de Nanterre tente alors un placement en famille d’accueil. Mais l’enfant continue de dépérir. Nouvel échec. Malgré les demandes répétées de Mireille Millet, prête à héberger de nouveau Sébastien, la juge de Nanterre s’entête. En août 2005, elle confie cette fois l’enfant à sa mère, une jeune femme sous curatelle, toxicomane et en délicatesse avec la justice ! Six mois plus tard, sans surprise, un juge « prend acte » de l’échec de cette mesure éducative.

Pour autant, Mireille Millet, dont l’obstination irrite les magistrats en charge du dossier, ne récupère toujours pas la garde. « L’enfant vit toujours avec sa mère », constate, effaré, Me Antoine Fittante, l’avocat de la grand-mère. Pis : la situation semble s’aggraver de jour en jour. En mai dernier, la mère a été condamnée à six mois de prison ferme pour escroquerie à l’UNAF. Et début décembre, elle est repassée devant le tribunal de Briey pour avoir subtilisé, cette fois, 33 000 euros à la Sécurité sociale. Sébastien, lui, ne s’est pas réinscrit à l’école à la dernière rentrée. Selon sa grand-mère, il est aujourd’hui « à la dérive, au bord de la délinquance ». Son nom est en première ligne, ici, dans une affaire de vol de scooter, là, pour un racket ou des tags.

Tous ces faits, Mireille Millet les signale au procureur de la République, dans l’espoir de démontrer une « mise en danger ». Étonnamment, les services sociaux, saisis cet automne par le procureur, n’ont rien trouvé à y redire. « Il y a une discordance totale entre les faits que l’on nous rapporte et les conclusions du procureur, constate Me Fittante. À mon sens, l’institution judiciaire ne veut pas reconnaître ses erreurs et fait le dos rond jusqu’aux dix-huit ans de Sébastien pour ne plus avoir à s’occuper de cette affaire. »

Malgré le constat d’échec, la justice continue de ne rien céder. D’ici à février, la grand-mère devra passer devant le tribunal correctionnel pour avoir caché Sébastien à l’été 2003. « Au vu de ce qui s’est passé depuis, peste Me Fittante, on aurait pu au moins lui épargner ça… »

Source : http://www.humanite.fr du 11/12/2007

-----------------------------------
En clair : les boules !!!! merci la justice

_________________
S'entraider dans ce monde égoïste est ce utopique ? ...
Mes 3 amours je vous aime. Ma chérie je t'aime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divorceparlonsen.forumpro.fr
 
Ils ont détruit mon petit-fils
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le divorce : papa ou maman nous sommes concernés :: Vous :: Coups de gueule-
Sauter vers: