Le divorce : papa ou maman nous sommes concernés
Bienvenue sur notre forum. Parlons en toute confiance, échangeons tout en restant courtois
Le divorce : papa ou maman nous sommes concernés


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Vu, lu, entendu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
papadivorcé
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 1578
Age : 46
Localisation : Nord
Date d'inscription : 15/09/2007

MessageSujet: Vu, lu, entendu   Sam 8 Mar - 1:16

Après le salon du mariage, la bourse du divorce. Suite au succès rencontré par une initiative similaire aux Pays-Bas, la commune de Berchem organisera la première bourse du divorce belge.
Notaire, frais d'avocats, pension alimentaire et nouveau partenaire, tout, tout, tout, vous saurez tout sur le divorce!
La bourse se tiendra le 21 juin prochain à Berchem. Juristes, coachs et spécialistes du divorce y tiendront plus de vingt-cinq stands.

_________________
S'entraider dans ce monde égoïste est ce utopique ? ...
Mes 3 amours je vous aime. Ma chérie je t'aime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divorceparlonsen.forumpro.fr
papadivorcé
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 1578
Age : 46
Localisation : Nord
Date d'inscription : 15/09/2007

MessageSujet: Re: Vu, lu, entendu   Sam 8 Mar - 19:12

divorce et pension de reversion

trouvé sur notretemps.com
cela peut aider certain d'entre vous

_________________
S'entraider dans ce monde égoïste est ce utopique ? ...
Mes 3 amours je vous aime. Ma chérie je t'aime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divorceparlonsen.forumpro.fr
papadivorcé
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 1578
Age : 46
Localisation : Nord
Date d'inscription : 15/09/2007

MessageSujet: Re: Vu, lu, entendu   Jeu 13 Mar - 0:10

Au Canada : Dans ce qui pourrait bien être une première au pays, un juge de la Cour supérieure vient d'octroyer une pension alimentaire à un des conjoints d'un couple gai en instance de divorce.

_________________
S'entraider dans ce monde égoïste est ce utopique ? ...
Mes 3 amours je vous aime. Ma chérie je t'aime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divorceparlonsen.forumpro.fr
papadivorcé
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 1578
Age : 46
Localisation : Nord
Date d'inscription : 15/09/2007

MessageSujet: Re: Vu, lu, entendu   Jeu 1 Mai - 0:52

Un homme de 58 ans a été condamné par le tribunal de Guingamp à trois mois de prison avec sursis. En juillet 2006, alors qu'il vient d'apprendre que sa femme demande le divorce, il "pète un plomb" comme le fait remarquer son avocat. Il menace son épouse avec un fusil de chasse et un coup de feu part accidentellement. Une cartouche se loge dans le plafond. Dans la bousculade, la femme est légèrement blessée. Le couple est aujourd'hui en instance de divorce.

_________________
S'entraider dans ce monde égoïste est ce utopique ? ...
Mes 3 amours je vous aime. Ma chérie je t'aime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divorceparlonsen.forumpro.fr
papadivorcé
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 1578
Age : 46
Localisation : Nord
Date d'inscription : 15/09/2007

MessageSujet: Re: Vu, lu, entendu   Lun 12 Mai - 13:48

Sur son blog, Jennifer Neal n'avait pas de mots trop doux pour son mari, David Sals, alias DearSweetDave. Jusqu'au jour d'octobre 2007 où son tendre et cher l'a quittée. Depuis, Jennifer s'est vengée en dévoilant à ses 55 000 lecteurs quotidiens la (supposée) face sombre de son ex. Voilà deux mois, découvrant la fiche de David sur un site de rencontres en ligne, elle y a subrepticement glissé un lien avec son blog. Avis aux amatrices...

Cette histoire, rapportée par le quotidien américain New York Times, révèle le grand déballage auquel se livrent d'ex-conjoints sur Internet. Tentant, dans un pays où 1 internaute adulte sur 10 est aussi blogueur. Et les usagers du Net ne manquent pas d'imagination. Tricia Walsh Smith, elle, a enregistré une vidéo sur YouTube: son ex, Philip, serait accro au Viagra et aux magazines pornos.

Laurie, une mère de famille de Manhattan, a préféré le podcast pour raconter ses déboires conjugaux. Saisi par l'époux outragé, un juge de la Cour suprême de l'Etat de New York a refusé d'intervenir, au nom de la liberté d'expression. Au début de l'année, un tribunal du Vermont en a fait autant dans une affaire similaire. Pour éviter les mauvaises surprises, certains conjoints en rupture de ban ont trouvé la parade : dans leur convention de divorce, une clause prohibe tout récit de leur union défunte, même sous couvert de fiction...

_________________
S'entraider dans ce monde égoïste est ce utopique ? ...
Mes 3 amours je vous aime. Ma chérie je t'aime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divorceparlonsen.forumpro.fr
papadivorcé
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 1578
Age : 46
Localisation : Nord
Date d'inscription : 15/09/2007

MessageSujet: Re: Vu, lu, entendu   Mer 25 Juin - 14:11

Le divorce vite fait, bien fait : c'est ce que tente d'importer, en Bretagne, la société allemande Added Life Value en proposant à ses clients un « package » complet comprenant : avocat, détective privé et psychologue. Après avoir développé le divorce à l'amiable en ligne sur le sol français, la société allemande Added Life Value franchit un nouveau cap avec le concept d'Elitexperts. Sur le papier, l'offre est tentante, aguicheuse même. L'équipe de Thomas Journel se propose de vous fournir les meilleurs spécialistes de votre région : un avocat, un détective privé et même un soutien moral. En attendant l'agent immobilier, le notaire, la nounou... « C'est prévu », annonce le plus sérieusement du monde le responsable français de la société. On n'arrête pas le progrès.
Déontologiquement douteux
Tous ces professionnels seraient triés sur le volet, sélectionnés de par leur réputation, leurs compétences et leurs spécialités. Ils seraient évalués au fil du temps par les remarques déposées sur le site par les clients. La démarche est encore embryonnaire. En Bretagne, l'une des cinq premières régions françaises visées par la société, l'équipe ne compte que cinq avocats (trois dans le Morbihan, un dans les Côtes-d'Armor et un en Ille-et-Vilaine), ainsi qu'un détective privé et une ergothérapeute. À terme l'objectif avoué d'Added Life Value est de vendre un divorce « clefs en main ». Thomas Journel annonce que sa société travaille d'ores et déjà dans six pays. Et qu'en Allemagne, elle doit lutter « avec 35 prestataires de services » engagés sur le même créneau. La France est-elle prête à se lancer dans l'aventure ? Rien n'est moins sûr. Le conseil national des barreaux, garant de la profession d'avocat, surveille scrupuleusement le développement de ce genre d'offre sur internet. Concernant divorce.fr, Didier Fournis, chargé d'établir le périmètre du droit au sein de l'organisation, est formel : « Nous invitons tous les avocats à se retirer du site ». « Ce n'est pas une réaction bête et méchante qui s'inscrit contre le progrès. Le site n'est pas illégal. Mais son contenu est racoleur et ne répond pas aux exigences déontologiques de la profession », rajoute-t-il.
A la limite du droit
En cause, notamment, le chiffre de 1.499 € qui apparaît à la fin du dossier de renseignements. « Ce n'est pas un forfait, ni un devis, précise Thomas Journel. Mais une garantie de paiement que nous présentons au professionnel. Ce dernier appliquera ensuite ses honoraires habituels ». Le simple fait qu'il puisse induire en erreur le client potentiel interpelle. Car si un avocat a le droit d'être référencé sur internet et d'y mettre en avant ses compétences, il lui est parfaitement interdit d'attirer le client à coup de tarifs avantageux. De plus, selon M e Lajous, bâtonnier du barreau de Brest : « il est impossible de donner au client une évaluation du prix global d'un divorce avant la fin de la procédure ». Chaque cas étant différent selon le nombre d'actes à réaliser.
L'utilité du détective privé
Au niveau déontologique, la présence d'un détective privé dans le réseau des Elitexperts peut laisser entrevoir des dérives assez malsaines. On repense au mariage annulé à Lille au mois d'avril pour un vice de consentement portant sur la virginité de l'épouse. Thomas Journel s'amuse à retourner la situation et affirme que « notre droit permettrait à la femme d'obtenir la nullité de son mariage avec un homme qui, juste après l'union, sortirait le pack de bière et le décodeur pour suivre les match à pas d'heure, alors qu'il lui avait toujours caché sa passion qu'elle n'aurait jamais acceptée ». Dans ce cas de figure, il imagine un détective privé, posté dans le jardin au début de la rencontre, qui appellerait un huissier de justice pour venir constater sur le champ ce changement de comportement.
« Le divorce, tout le monde y pense »
Dans la réalité, les choses sont bien différentes. Éric L'Allinec, le détective privé du réseau Elitexperts avoue que « les affaires conjugales ne constituent qu'une part infime de son activité ». Quant aux problèmes de non-paiement de pensions alimentaires et de garde des enfants pouvant intervenir par la suite, M e Ducroz Taze, bâtonnière du barreau de Dinan, affirme que « le juge dispose de tous les outils nécessaires en cas de doute ». Mais Thomas Journel n'en démord pas. Il demande du temps pour proposer une offre de service complète. Et assure qu'avec le site divorce.fr et le réseau Elitexperts, il va simplifier la vie des conjoints souhaitant rompre leur union. Mieux. Il affirme que « le divorce, tout le monde y pense » et que seuls la complexité de la procédure et la crainte de l'organisation de la séparation feraient perdurer des unions malheureuses. La conclusion de sa démonstration est pour le moins étonnante : « En facilitant les divorces, nous allons encourager les gens à se marier ». Rien que ça.

_________________
S'entraider dans ce monde égoïste est ce utopique ? ...
Mes 3 amours je vous aime. Ma chérie je t'aime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divorceparlonsen.forumpro.fr
papadivorcé
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 1578
Age : 46
Localisation : Nord
Date d'inscription : 15/09/2007

MessageSujet: Re: Vu, lu, entendu   Mar 8 Juil - 13:37

Les Rhônalpins divorcent moins et plus vite. C'est notamment ce qui ressort du bilan de l'année économique et sociale réalisé par l'ensemble des services de l'Etat et dévoilé hier par l'Insee Rhône-Alpes. L'an passé, 13 660 divorces ont ainsi été prononcés en 2007, dont plus de la moitié dans le ressort de la cour d'appel de Lyon, qui s'étend sur les départements de l'Ain, du Rhône et de la Loire. Soit une diminution de 5,8 % par rapport à 2006.

En moyenne, les époux demandent le divorce au bout de quatorze ans de mariage, mais plus d'un quart des dossiers sont déposés entre la seconde et la cinquième année. « Si ces taux se maintenaient à l'avenir, sur dix mariages célébrés en 2007, quatre se termineraient par un divorce », analysent les enquêteurs.

Au total, 49 % des ex-couples ont divorcé par consentement mutuel, dans 90 % des cas en moins de quatre mois et demi. Les autres couples, qui ont choisi un mode de divorce différent, ont pour leur part dû patienter plus de dix-neuf mois en moyenne avant d'être désunis, malgré une baisse générale des délais de procédure.

_________________
S'entraider dans ce monde égoïste est ce utopique ? ...
Mes 3 amours je vous aime. Ma chérie je t'aime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divorceparlonsen.forumpro.fr
papadivorcé
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 1578
Age : 46
Localisation : Nord
Date d'inscription : 15/09/2007

MessageSujet: Re: Vu, lu, entendu   Mar 8 Juil - 13:42

Après avoir menacé de s'immoler par le feu, au moins dix Albanaises travaillant dans une raffinerie ont choisi de divorcer pour pouvoir garder leur emploi, la direction de l'entreprise n'accordant plus qu'un poste de travail par famille.

"Entre mon mari et mon travail, j'ai choisi le travail", a déclaré Hasije Nure, 39 ans, venue mercredi avec neuf autres femmes déposer une demande de divorce auprès du tribunal de Fieri, à 110 km au sud de Tirana.

La direction de la raffinerie de Ballsh, au sud de Fieri, où ces femmes sont employées a en effet annoncé des suppressions d'emplois, précisant qu'une seule personne par famille aurait désormais la possibilité d'être employée.

Pour protester contre cette décision, plusieurs employées ont menacé la semaine dernière de se suicider. Elle sont montées en haut d'une tour de la raffinerie avec des bouteilles remplies d'essence dans l'intention de s'immoler par le feu.

_________________
S'entraider dans ce monde égoïste est ce utopique ? ...
Mes 3 amours je vous aime. Ma chérie je t'aime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divorceparlonsen.forumpro.fr
papadivorcé
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 1578
Age : 46
Localisation : Nord
Date d'inscription : 15/09/2007

MessageSujet: Re: Vu, lu, entendu   Jeu 24 Juil - 19:52

Un homme d'affaires millionnaire britannique a publié sur internet les détails financiers de son divorce pour faire connaître sa version des faits et en finir avec les commérages le décrivant comme insensible et motivé par l'avarice.

Gary Dean, 47 ans, a expliqué sur le site internet spécialement dédié à son divorce qu'il en avait assez des "potins" sur sa séparation avec sa femme Helen, et révélé les détails de leur arrangement à l'amiable portant sur 3,7 millions de livres (4,65 millions d'euros).

"Depuis un an (...), j'ai été l'objet de commérages sur mon divorce, parfois juste des potins ridicules, parfois des propos malveillants", a-t-il déclaré sur son site, intitulé "La Vérité sur Helen Louise Dean contre Gary Dean". "La plupart sont propagés et repris par des gens qui n'ont pas la moindre idée de la vérité", a-t-il ajouté. "Ils parlent sans savoir (...) C'est juste un mauvais exemple de téléphone arabe."

Le couple, qui résidait avec ses quatre enfants dans le comté du Lancashire, au nord-ouest de l'Angleterre, avait divorcé en juillet 2007 après 19 ans de mariage.

En dévoilant les détails de leur accord à l'adresse http://deandivorce.com, M. Dean a indiqué avoir accordé à sa femme 3,719 millions de livres (4,7 millions d'euros), plus une pension alimentaire de 15.000 livres (18.900 euros) par enfant, jusqu'à l'âge de 17 ans, et pris en charge tous les frais de scolarité. Il a précisé lui avoir cédé "toute la joaillerie, les diamants et les montres, la Mercedes E500, et le coupé Audi 3.0".

"On m'a décrit dans certains milieux comme un salaud cupide, avare, et insensible qui a abandonné sa femme et ses enfants en conservant des millions et en laissant sa famille presque sans rien. Ce n'est simplement pas vrai", a ajouté M. Dean.

_________________
S'entraider dans ce monde égoïste est ce utopique ? ...
Mes 3 amours je vous aime. Ma chérie je t'aime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divorceparlonsen.forumpro.fr
papadivorcé
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 1578
Age : 46
Localisation : Nord
Date d'inscription : 15/09/2007

MessageSujet: Re: Vu, lu, entendu   Dim 10 Aoû - 10:45

En période de récession, plus on est riche, plus on a de chances de divorcer. Telle est, du moins, la conclusion d'une enquête menée par le cabinet d'avocats britannique Mishcon de Reya publiée ce mois-ci. Effectuée auprès d'analystes financiers, agents de change et autres gestionnaires de fonds spéculatifs, cette étude suggère, comme l'indique « The Economist », que le ralentissement économique provoquera une recrudescence du nombre de divorcés parmi les financiers de la City à Londres. D'après Sandra Davis, chargée de l'enquête, le phénomène est loin d'être une nouveauté. Car la récession du début des années 1990 avait aussi conduit à une vague de divorces chez les mieux lotis de la capitale britannique.

Alors que la City passe de l'expansion à la récession, les licenciements sont devenus monnaie courante et les belles primes ont tourné au mirage. Par conséquent, les conjoints de personnes à revenus élevés demandent le divorce. Aux yeux du journal, ce mécanisme n'a rien d'anormal : « Comme les revenus récents constituent un facteur non négligeable dans le règlement des dossiers de divorce, le conjoint fait sa demande avant que le déclin économique soit tel qu'il réduise sérieusement les chances de parvenir à un règlement avantageux. » D'une façon plus générale, les pertes financières affectent souvent le moral des couples. D'aucuns soutiennent que l'argent et les distractions qu'il offre permet aux partenaires d'éviter d'aborder leurs problèmes relationnels, qui refont leur apparition quand les temps sont durs.

Pour les couples à revenus moyens, il est plus difficile d'évaluer l'impact de la conjoncture sur les taux de divorce. Il est vrai qu'un ralentissement peut rendre les relations conjugales plus tendues. Cependant, dans ce cas, le bien principal du couple moyen n'est plus le partenaire, mais la maison familiale. Par conséquent, quand le pays souffre d'un effondrement immobilier et surtout de créditeurs plus réticents, il est probable que la vente d'une maison ne suffise pas à l'achat de deux maisons séparées. Il arrive même que des couples divorcés cohabitent. « Heureusement, conclut le magazine britannique, certaines professions ne sont pas sensibles aux fluctuations économiques. A commencer, par exemple, par les avocats spécialistes du divorce ».

_________________
S'entraider dans ce monde égoïste est ce utopique ? ...
Mes 3 amours je vous aime. Ma chérie je t'aime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divorceparlonsen.forumpro.fr
papadivorcé
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 1578
Age : 46
Localisation : Nord
Date d'inscription : 15/09/2007

MessageSujet: Re: Vu, lu, entendu   Sam 6 Sep - 0:14

Le divorce. Nicolas Sarkozy avait repris à son compte l'idée ancienne que le divorce par consentement mutuel était possible devant notaire, de préférence au juge. Plus rapide, plus clair, moins cher. Tout le monde avait à y gagner. Sauf les avocats, qui se sont mobilisés et ont obtenu, après une rencontre avec le chef de l'Etat à l'Elysée, de pouvoir eux-mêmes préparer les dossiers des couples désunis, sans qu'il soit besoin de passer devant le juge. Rachida Dati, qui avait d'entrée de jeu souscrit à l'innovation, a capitulé, se rangeant à la décision présidentielle. Chancellerie et organisations d'avocats discutent désormais de la fixation d'un barème d'honoraires pour les divorces, qui reviennent en moyenne à 1 300 euros par personne (2 600 pour un couple). « Nous sommes pour un tarif plus raisonnable », assure, résigné, le directeur de cabinet de Dati.

source : lepoint.fr

_________________
S'entraider dans ce monde égoïste est ce utopique ? ...
Mes 3 amours je vous aime. Ma chérie je t'aime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divorceparlonsen.forumpro.fr
papadivorcé
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 1578
Age : 46
Localisation : Nord
Date d'inscription : 15/09/2007

MessageSujet: Re: Vu, lu, entendu   Sam 6 Sep - 0:15

Un tribunal rabbinique a condamné un mari qui exhibait sa femme nue devant des amis à lui verser des indemnités de divorce alors qu'il prétendait que le comportement "indécent" de celle-ci le libérait de ses obligations, rapporte mercredi 3 septembre le quotidien Jerusalem Post.
Le tribunal suprême rabbinique, siégeant à Jérusalem, a accordé cette semaine le divorce à la femme et rejeté la demande du mari de ne pas lui payer les indemnités prévues par le contrat de mariage en cas de divorce.
L'homme avait fait valoir que la tradition religieuse basée sur la Talmud, refusait à une femme qui a eu une "conduite indécente" de bénéficier de ces indemnités, la Ktouba.
Mais les rabbins orthodoxes ont rejeté, à la majorité des voix, cet argument, relevant que le comportement de la femme n'avait pas tellement contrarié en son temps le mari puisqu'il la photographiait en plus simple appareil et placardait les photos sur les murs de l'appartement. En Israël les mariages et les divorces sont régis par la loi religieuse.

source : nouvelobs.com

_________________
S'entraider dans ce monde égoïste est ce utopique ? ...
Mes 3 amours je vous aime. Ma chérie je t'aime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divorceparlonsen.forumpro.fr
papadivorcé
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 1578
Age : 46
Localisation : Nord
Date d'inscription : 15/09/2007

MessageSujet: Re: Vu, lu, entendu   Jeu 27 Nov - 1:46

Mai 2003. Amy, jeune femme de 28 ans rencontre David, 40 printemps, sur le Net. De chat' en conversation via web cam en passant par de long mails langoureux, ils apprennent à se découvrir. L'amour naît quasi subitement, oui, c'est un coup de foudre. Six mois plus tard, ils se disent "Yes" en Cornouailles.

Féru de la Toile, le couple crée ses avatars sur Second Life. Elle a comme pseudo Laura, lui répond au suave nom de Dave. Leurs personnages virtuels sont plus jeunes, et beaucoup plus minces que les vrais époux. Mais toujours amoureux dans ce monde virtuel. Jusqu'au jour où.

Après une sieste, Amy/Laura déambule dans ce monde virtuel où tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Ben oui, c'est pas la réalité croit la jeune femme... Et là, c'est le drame. Au détour d'une chambre, elle découvre le personnage de Dave, donc son David, en pleine action avec une prostituée.

"Je suis devenue folle, j'étais tellement blessée. Je ne pouvais pas croire ce qu'il avait fait", déclare Amy à la chaîne de télévision Sky News. On n'a pas vu les images mais on imagine la pauvre en larmes. De son côté "il ne voyait pas le problème et ne comprenait pas pourquoi j'étais si mécontente". Et elle sûrement de repartir dans un douloureux sanglot.

"Elle est devenue folle"

Malgré tout, le couple se réconcilie. Remariage pour de vrai. Et autre union pour de faux sur Second Life en vachement fastueux. Il n'empêche, Amy/Laura continue à avoir des doutes sur la fidélité de son mari David/Dave. Elle engage une détective virtuelle pour le tester. Rebelote, son avatar de mari se retrouve à faire un câlin à une femme sur un canapé. "Cela avait vraiment l'air tendre", observe la femme bafouée.

C'en est trop. Cette fois, la jeune femme entame une nouvelle procédure de divorce pour de vrai toujours. Il doit être prononcé la semaine prochaine. "J'avais cette relation en ligne avec cette fille en Amérique. Il ne s'agissait pas de cyber sexe ou rien de ce genre. Ce n'était rien de très grave mais quand Amy l'a découvert, elle est devenue folle", a indiqué David en parlant de lui, donc de Dave dans Second Life.

La jeune femme a reconnu avoir été déprimée pour un temps mais elle a depuis rencontré un autre homme... en jouant au jeu de rôle World Of Warcraft. Selon le Daily Telegraph, David est fiancé à son amante virtuelle américaine qu'il n'a jamais rencontrée. Second Life est un monde virtuel avec plus de 15 millions d'utilisateurs, sa propre monnaie et, bien sûr, les soucis et tromperie de la vraie vie.

_________________
S'entraider dans ce monde égoïste est ce utopique ? ...
Mes 3 amours je vous aime. Ma chérie je t'aime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divorceparlonsen.forumpro.fr
papadivorcé
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 1578
Age : 46
Localisation : Nord
Date d'inscription : 15/09/2007

MessageSujet: Re: Vu, lu, entendu   Lun 19 Jan - 1:48

L’histoire s’est produite aux Etats-Unis, plus précisément à Long Island dans l'Etat de New-York: un chirurgien vasculaire américain du nom de Richard Batista avait fait don d'un de ses reins à Dawell Batista, son épouse à l’époque. Seulement, aujourd’hui dans suite à leur divorce, l’ex-époux demande à son ex-femme de lui restituer son rein, elle, qui l’a remercié en le trompant.

Les faits remontent en 2002 où, Richard Batista a donné un rein à sa femme, assistante d'un autre médecin à l’époque. Plus tôt, cette dernière avait subi le rejet du rein que son frère lui avait donné.
Or, son cas de santé s’est avéré critique.
L’ex-époux, soucieux de sauver la vie à sa femme et de ainsi que de sauver leur couple, a décidé de lui faire don de son rein, même s’ « il y avait une chance sur 700.000 que le rein de son mari soit compatible ». Il a confié que sa « … première priorité était alors de sauver la vie de ma femme. L'autre était de remettre (notre) couple sur les rails ».

Un don de rein qui a permis à Dawell Batista non seulement de « ne pas attendre sur un site de 6.748 personnes en attente d'un rein dans l'Etat de New-York », mais aussi et surtout de « revivre et, de décrocher un diplôme en puériculture et enfin, de se mettre au karaté ».

Seulement, 3 ans plus, tard, plus précisément en Juillet 2005, chirurgien (aujourd’hui âgé de 49 ans) demande le divorce.
Motif ? Il croit que « sa femme le trompe avec un thérapeuthe qu'elle consulte souvent après un accident de karaté ».

Aujourd’hui, l’homme au cœur brisé accuse son ex-femme d'avoir délaissé leurs 3 enfants et, lui demande de lui « restituer son rein ».
Selon lui, « peu importe que j'aie le coeur brisé, mais je veux qu'elle me rende mon rein ». Il a confié à la presse que, la liaison présumée de son ex-femme avec un autre homme lui « .. a brisé, et lui brise encore le cœur ».

Et que pensent les professionnels de la santé ?
Dans cette affaire, l’aspect médical est au cœur même des réaction. Interrogés à cet effet, les professionnels de la santé ont estimé « qu'une telle opération serait non seulement "immorale", mais surtout "de l'ordre de l'impossible, il est illégal d'attribuer une valeur argent à un organe ».

A travers cette demande, selon le Daily News et The New York Post, l’avocat du divorcé souhaite que le rein soit rendu à son client ou qu'il soit indemnisé à hauteur de 1,5 million de dollars. Il a déclaré à cet effet : « en théorie, nous demandons que le rein de mon client lui soit rendu. Mais bien sûr, ce n'est pas vraiment le rein qu'il réclame, mais sa valeur ».

Quant à un autre avocat spécialisé dans le divorce, il a déclaré à son tour : « Ça fait 40 ans que je suis dans le métier et c'est la première fois que je vois cela ».

Si aujourd’hui, Richard Batista veut donc récupérer son bien et traîne son ex-femme en justice, la concernée elle-même, n'a pas (encore) fait de commentaire…

_________________
S'entraider dans ce monde égoïste est ce utopique ? ...
Mes 3 amours je vous aime. Ma chérie je t'aime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divorceparlonsen.forumpro.fr
papadivorcé
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 1578
Age : 46
Localisation : Nord
Date d'inscription : 15/09/2007

MessageSujet: Re: Vu, lu, entendu   Mar 3 Mar - 14:13

Effet collatéral de la crise immobilière : des couples préfèrent retarder leur divorce. Pour d'autres, la vente de la maison allonge la procédure.

Les couples divorceraient-ils moins à cause de la crise immobilière ? Les prix de l'immobilier ayant tendance à s'effriter, les couples retarderaient-ils leur séparation plutôt que de perdre quelques deniers au moment de vendre la maison commune ? Ce sont en tout cas les résultats d'une étude anglaise effectuée par le cabinet londonien Savills : certains couples anglais préféreraient donc cohabiter quelques semaines, voire quelques mois supplémentaires.

Selon le site d'information Rue89, la même tendance a été observée en Espagne où la crise fait davantage rage qu'en France. Mais qu'en est-il chez nous ? Dans un contexte où les prix immobiliers diminuent de 5 à 20 %, « l'un des deux époux peut avoir le sentiment de se faire avoir. Et quelques couples peuvent effectivement choisir d'attendre », note Me Jean-François Paulet, notaire à Rennes.
Source : Ouest France

_________________
S'entraider dans ce monde égoïste est ce utopique ? ...
Mes 3 amours je vous aime. Ma chérie je t'aime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divorceparlonsen.forumpro.fr
papadivorcé
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 1578
Age : 46
Localisation : Nord
Date d'inscription : 15/09/2007

MessageSujet: Re: Vu, lu, entendu   Sam 14 Mar - 13:04

Le nombre de divorces est en augmentation, surtout par consentement mutuel. Plus de 130 000 divorces ont été prononcés en 2007, dont 76 500 concernant au moins un enfant mineur. Concernant leur garde, la résidence des enfants est encore fixée le plus souvent chez leur mère (entre 70 et 84 % des cas). Et plus le divorce est contentieux, plus la résidence alternée diminue. Elle concerne ainsi 21,5 % des enfants dans les divorces par consentement mutuel, contre seulement 4,4 % des enfants dans les divorces pour faute.

Source : Parents.fr

_________________
S'entraider dans ce monde égoïste est ce utopique ? ...
Mes 3 amours je vous aime. Ma chérie je t'aime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divorceparlonsen.forumpro.fr
papadivorcé
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 1578
Age : 46
Localisation : Nord
Date d'inscription : 15/09/2007

MessageSujet: Re: Vu, lu, entendu   Lun 30 Mar - 0:25

Au foyer d'animation du Quesne à Marcq, SOS enfants du divorce 59-62 ( Les Enfants du dimanche), a tenu son assemblée générale en présence de Janine Scheefer venue apporter son témoignage sur le cas de sa petite fille, Laura Scheefer, qui ne peut venir lui rendre visite en France.

Lorsque Janine Scheefer est venue témoigner au foyer d'animation, l'enlèvement de la petite Élise, qui le week-end dernier a fait la une des journaux , n'avait pas encore eu lieu. Mais la grand-mère de Laura enlevée à Marcq-en-Baroeul le 26 mars 2002 (voir notre édition de mardi) n'aurait pas eu un autre discours.
Témoignage

Lors de l' assemblée générale de SOS Enfant, le président de l'association, Laurent Verdière a rappelé : « Le cas douloureux de Laura Scheefer n'est toujours pas résolu ». En novembre 2001, puis à nouveau en mars 2002, le service de pédopsychiatrie du CHRU de Lille avait pourtant déclaré Laura en situation de danger auprès du parquet de Lille. Mais après l'enlèvement, la justice islandaise a passé outre la saisine du juge français en laissant la mère appliquer seule son autorité parentale. Une situation qu'a condamnée Janine Scheefer, la grand-mère : « Si la France avait fait son travail, on n'en serait pas là. » Si son fils, au prix d'un marathon judiciaire, peut aujourd'hui revoir sa fille en Islande, son combat continue pour qu'il puisse venir avec elle ne serait-ce que quelques jours en France, pour que Janine Scheffer puisse recevoir sa petite fille « parce qu'un enfant pour bien grandir doit connaître ses deux parents, ses deux familles ». S'adressant aux membres de l'association, elle dit : « Je ne sais pas ce que vous pourriez faire de plus. » SOS enfants du divorce soutient la famille paternelle de Laura depuis le début (sa famille maternelle avait participé à l'enlèvement).
L'association

Le président, Laurent Verdière, a précisé : « Notre association, je l'ai connue, comme beaucoup d'entre nous, à travers l'histoire de mon propre divorce. J'ai été élu président en septembre 2008, mon prédécesseur ayant démissionné suite à son départ de la région. Durant cet exercice, j'ai eu l'occasion de constater que le labeur était loin d'être terminé malgré l'aide d'une équipe dynamique et motivée de bénévoles. » L'association accueille des mères et des pères soucieux de maintenir le lien parental malgré la séparation ou le divorce, en recommandant quand cela est possible, le recours à la médiation familiale. L'association tire un journal semestriel Entre parents-thèses à 500 exemplaires papier, diffusé gratuitement auprès des adhérents, sympathisants et partenaires associatifs. En 2009, l'association continuera de remplir sa mission de service public.


Source : La Voix Du Nord

_________________
S'entraider dans ce monde égoïste est ce utopique ? ...
Mes 3 amours je vous aime. Ma chérie je t'aime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divorceparlonsen.forumpro.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vu, lu, entendu   Aujourd'hui à 16:43

Revenir en haut Aller en bas
 
Vu, lu, entendu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le divorce : papa ou maman nous sommes concernés :: Informations-
Sauter vers: