Le divorce : papa ou maman nous sommes concernés
Bienvenue sur notre forum. Parlons en toute confiance, échangeons tout en restant courtois
Le divorce : papa ou maman nous sommes concernés


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Début de questionnement dans l'Eglise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
papadivorcé
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 1578
Age : 46
Localisation : Nord
Date d'inscription : 15/09/2007

MessageSujet: Début de questionnement dans l'Eglise   Mar 6 Mar - 23:38

 

Le mouvement lancé, il y a quelques mois, en Allemagne et en Autriche ne faiblit pas.
Le prêtre autrichien Helmut Schüller a lancé un "appel à la désobéissance". 


Si l'Allemagne et l'Autriche constituent le foyer de la contestation, le mouvement touche aussi, plus modestement, l'Irlande et la France.
Et la Belgique vient à son tour de rejoindre celles et ceux qui appellent à des réformes dans l'Église. Le manifeste d'un prêtre de Courtrai, intitulé Des croyants prennent la parole, a réuni plus de 8 000 signatures. (Lire ci-dessous)

Dans le diocèse allemand de Passau, trente prêtres rassemblés au sein de Prêtres en dialogue, viennent de rejoindre l'Appel à la désobéissance lancé, en juin 2011, par le père Schüller en Autriche.

En France, quelques prêtres du diocèse de Rouen et des laïcs, auteurs d'une Lettre ouverte aux chrétiens du diocèse, manifestent aussi leur désir de changement.

Difficile de parler d'une lame de fond, ce mouvement constestaire s'apparente plutôt à un feu qui couve sous la cendre.

Les questions portent essentiellement sur l'accès à l'eucharistie des personnes divorcées et remariées, sur les homosexuels vivant en couple, l'ordination d'hommes mariés et de femmes.
Les prêtres rebelles autrichiens soulignent aussi leur "épuisement" en raison d'une charge de travail demesurée.

La réponse des plus hautes autorités de l'Église apparaît, pour l'instant, assez hésitante.

La contestation et les questions posées montrent à tout le moins le besoin de certains prêtres et fidèles d'échanger sur des questions sensibles.

Certes l'Église n'est pas une démocratie, même si le message évangélique (bien compris) a largement contribué à son avènement.
Mais le temps où le fidèle acceptait sans broncher toutes les vérités de la hiérarchie catholique est largement révolu.

Ne pas en prendre conscience, c'est courir le risque de voir les fidèles, en particulier dans les sociétés occidentales, quitter l'institution sur la pointe des pieds. Beaucoup l'ont déjà fait.
Et plus que la contestation, c'est l'indifférence qui devrait inquitéter les responsables de l'Église.

 

"Les croyants prennent la parole

 "Nous, croyants, déplorons le nombre croissant de paroisses sans prêtres, de célébrations à des heures indues, d’offices de prière sans communion. Doit-il vraiment en être ainsi ? Pourquoi les réformes tardent-elles tant à venir ?

"Nous, croyants de Flandre, nous prions nos évêques de sortir de l’impasse dans laquelle nous sommes tous plongés.

"Notre geste est en pleine solidarité avec les croyants d’Autriche, d’Irlande et de nombreux autres pays qui, eux aussi, insistent sur ​​les réformes qui sont vitales pour l’Église.

"Nous ne comprenons pas pourquoi la direction de nos communautés locales (par exemple les paroisses) n’est pas confiée à un homme ou une femme, mariée ou non, professionnel ou bénévole, du moment qu’ils ont reçu la formation nécessaire pour le faire. Nous avons besoin de bergers.

"Nous ne comprenons pas pourquoi ces croyants ne doivent pas conduire les célébrations dominicales. Nous avons besoin dans chaque communauté de ministres liturgiques. Nous ne comprenons pas pourquoi – lorsqu’aucun prêtre n’est disponible – une fête de la Parole de Dieu avec distribution de la communion ne pourrait avoir lieu.

"Nous ne comprenons pas pourquoi les laïcs qualifiés et les professeurs de religion ne pourraient pas prêcher. Nous avons besoin de la parole de Dieu. Nous ne comprenons pas pourquoi les croyants de bonne volonté qui se sont remariés après un divorce devraient se voir refusée la communion. Elle est pour eux aussi. Heureusement, il existe déjà des endroits où il en est ainsi.

"Nous plaidons aussi pour que, dans les plus brefs délais les hommes mariés et les femmes soient admises à la prêtrise. Nous, croyants, en avons maintenant désespérément besoin."

_________________
S'entraider dans ce monde égoïste est ce utopique ? ...
Mes 3 amours je vous aime. Ma chérie je t'aime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divorceparlonsen.forumpro.fr
 
Début de questionnement dans l'Eglise
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le divorce : papa ou maman nous sommes concernés :: Informations-
Sauter vers: